Livres. Films. Musique

Archives de Catégorie: Challenge

La semaine dernière s’est achevé la cinquième édition du S.T.A.R., organisé par Liyah. C’était ma première participation, je ne savais pas trop comment envisager un objectif de pages à lire, j’avais donc visé assez bas, 1450 pages. Et bien, je suis fière d’annoncer que j’ai doublé cet objectif en atteignant les 3189 pages lues.

Voici les titres lus pendant ce S.T.A.R. :

  • La nouvelle vie de Sophie S. de Lolly Winston (la fin seulement, je l’avais commencé avant le dévut du S.T.A.R.)
  • Stupeur et tremblements de Amlélie Nothomb
  • Ca déménage de Lucy-Anne Holmes
  • Dora Bruder de Patrick Modiano
  • Comme dans un film noir de Isabelle Alexis
  • L’embellie de Audur Ava Olafsdottir
  • Bon rétablissement de Marie-Sabine Roger
  • Cinquante nuances de Grey de E.L. James
  • L’amour sans le faire de Serge Joncour
  • Jours sans faim de Delphine de Vigan
  • Melissa et son voisin de Meg Cabot (je n’ai pas pu le terminer pendant le S.T.A.R.)

Comme vous pouvez le constater, oeil-de-lynx que vous êtes, j’en ai profité pour combiner ce défi avec mon Big Challenge, en lisant des titres issus de mon challenge maison.

Ce S.T.A.R. m’a vraiment motivée, j’ai beaucoup lu, mais maintenant, je souffre d’une panne de lecture inquiétante. Je n’ai envie de rien lire, je commence un roman, je décide que cela ne me plaît pas, je le repose, j’en commence un autre, et ainsi de suite. Il faut dire que je suis en pleine préparation d’un nouvel entretien pour un nouveau poste, et que cela m’occupe beaucoup l’esprit. Peut-être que vendredi soir prochain, tout rentrera dans l’ordre.

Let’s go !


Le S.T.A.R. de Liyah est entamé depuis une semaine, il est donc temps de faire un premier bilan. J’avais essayé d’estimer le nombre de pages que je pouvais lire par jour selon mes activités professionnelles et extra-professionnelles, le but était donc d’avoir lu au moins ce nombre minimal de pages. Et bien je suis assez contente car j’ai non seulement atteint ce but mais je l’ai même largement dépassé.

J’ai terminé La nouvelle vie de Sophie S. de Lolly Winston, j’ai lu Stupeur et tremblements d’Amélie Nothomb, Ca déménage de Lucy-Anne Holmes, Dora Bruder de Patrick Modiano et j’ai entamé Comme dans un film noir d’Isabelle Alexis. Vous aurez remarqué, oeil de lynx que vous êtes, que tous ces livres appartiennent à ma liste du BIG Challenge, car j’essaie au maximum de combiner les deux.

Je crois qu’il est de coutume de ne pas dire le nombre précis de page que l’on a lu pour maintenir un suspens, je ne l’annonce donc pas, mais je suis contente de moi. J’espère que je vais confirmer en deuxième semaine, même si ça commence plutôt mal puisque je suis malade, je suis au travail dans la journée et quand j’arrive chez moi je ne pense qu’à mon lit. J’essaie bien de lire, mais je somnole. Et en plus, je travaille ce dimanche. Vivement les quelques jours de repos qui se profilent à l’horizon…

A samedi prochain pour un nouveau bilan d’étape de ce sympathique S.T.A.R. qui est en train, enfin, de faire tomber ma PAL. Vaciller serait plus juste. Effleurer ? Y a-t-il un terme plus mesuré encore ? Je vaincrai, soyez-en sûrs !


Bonjour chers Léontine’s readers. Je suis dans les starting-blocks car cette nuit, à 00h01, commence le S.T.A.R. #5.  Oh joie intense, j’ai pu m’inscrire cette année ! Mais, je vous entends d’ci, ne niez pas, vous êtes en train de vous demander de quoi je parle. S.T.A.R. signifie Stop Talking And Read. Il s’agit donc de lire le plus de pages possible entre ce samedi 00h01 et le vendredi 18 novembre à 23h59. Vous trouverez toutes les infos chez Liyah qui organise ce concours.

 

Autant vous le dire, même si je ne participe pas pour gagner, je me suis concocté un programme digne d’une championne : d’un côté une colonne avec un objectif chiffré par jour et de l’autre une colonne avec le nombre de pages lues que j’aurai réellement atteint. Par exemple, je présume pouvoir lire 75 pages un dimanche où je ne travaille pas, mais seulement 25 un jour de semaine où je travaille et où je pratique une activité le soir. En tout, je me suis donné pour objectif 1450 pages. Je vais être ratatinée par la plupart des autres concurrents, mais encore une fois, ce n’est pas de gagner qui m’intéresse, mais de voir si je peux tenir le rythme sur la longueur, de lire en compagnie virtuelle d’autres doux dingues comme moi, et d’avancer dans mes autres challenges, entamés je vous le rappelle pour faire baisser ma PAL de façon significative.

Je ferai un bilan tous les vendredis ici-même, et vous pourrez également suivre cette aventure sur sa page F*ceb*ok.

Verdict dans un mois…


LIVRE LU dans le cadre du BIG CHALLENGE

Nicolas Le Floch quitte sa Bretagne natale pour Paris, afin d’y prendre un poste de commissaire au Châtelet, sous les ordres de M. de Sartine, lieutenant général de police. Rien ne prédestinait cet enfant trouvé, élevé par un chanoine, sous la protection de son parrain, le Marquis de Ranreuil, à briguer un tel emploi. Il était jusque là clerc de notaire à Rennes et pensait y finir ses jours. Après un apprentissage chez M. de Noblecourt, il est chargé d’enquêter sur la disparition d’un autre membre de la police de M. de Sartine, le commissaire Lardin.

J’aime beaucoup les polars historiques, et comme j’ai acheté plusieurs titres de plusieurs séries, je me suis dit qu’il était plus que temps d’en commencer une. J’avoue que j’ai choisi Nicolas Le Floch parce que j’ai vu les épisodes de la série télévisée diffusée sur France 2 (à raison de deux ou trois par an ?). J’avais en tête l’image de l’acteur Jérôme Robart, qui incarne Nicolas à l’écran, qui me paraît assez bien choisi pour son espièglerie et sa droiture d’esprit.

J’ai plus apprécié le côté historique que l’aspect policier, parce que l’enquête est assez classique, mais transposée sous Louis XV, dans les geôles de la Bastille et du Châtelet, c’est tout de suite plus intéressant ! J’ai apprécié de me promener dans le Paris du XVIIIème siècle, et j’ai d’ailleurs appris que mon adresse parisienne était située dans un faubourg et non dans l’enceinte de la capitale. J’aime beaucoup la tournure des phrases, le vocabulaire utilisé, qui nécessite des notes à la fin du roman. D’ailleurs, vu que les notes ne sont pas longues, j’aurais préféré qu’elles soient en bas de page, cela m’aurait évité de couper ma lecture et d’aller chercher la bonne note à la fin du livre. Mais le désagrément est minime, et j’ai bien aimé cette lecture. Il me reste trois tomes à découvrir avant de courir en librairie pour acheter la suite… On ne se refait pas, n’est-ce pas ?

Jean-François Parot, L’énigmes des Blancs-Manteaux, 10/18, impr. 2001, 371 pages

 


Chose promise, chose due : je vous avais promis de revenir rapidement, me voilà !

Encore un challenge, me direz-vous, et vous aurez raison : oui, mais un challenge à ma sauce puisque concocté par moi, pour moi (ou plutôt pour faire baisser ma PAL de façon drastique. En tout cas, essayer). Non pas que la mysanthropie m’ait soudain rattrapée, mais je ne veux pas imposer ce challenge à qui que ce soit dans la mesure où il a été établi par rapport à ma PAL à moi, qui n’est celle de personne d’autre.

J’ai choisi tout d’abord de lire des séries que j’ai commencé par ailleurs ou non, en me disant que de cette façon, je serai baignée dans un suspens qui me donnera envie de lire, lire, lire… et aurait deux effets bénéfiques : m’empêcher d’acheter de nouveaux titres, et surtout, FAIRE BAISSER MA PAL. Les heureux candidats retenus sont :

  • Michèle Barrière : Souper mortel aux étuves, Meurtres au potager du Roy, Les soupers assassins du Régent, Meutres au café de l’Arbre Sec
  • Janet Evanovich : Deux fois n’est pas coutume, A la une, à la deux, à la mort, Quatre ou double, Cinq à sexe, Six appeal, Septième ciel, Le grand huit, Flambant neuf
  • Claude Izner : Mystère rue des Saints Pères, La disparue du Père-Lachaise, Le carrefour des écrasés
  • Yves Josso : La noyée du pont des Invalides, Les captifs de Cornouaille, L’assassin des cathédrales
  • Jean-François Parot : L’énigme des Blancs-Manteaux, L’homme au ventre de plomb, Le fantôme de la rue Royale, L’affaire Nicolas Le Floch
  • Sarah Strohmeyer : Bubbles se lâche, Bubbles coupe les cheveux en quatre, Bubbles s’enflamme

Puis, j’ai décidé de lire tous les livres de certains auteurs présents dans mes bibliothèques. Avec toujours pour les mêmes objectifs que ci-dessus. Les heureux élus sont :

  • Jane Austen : L’abbaye de Northanger, Mansfield Park, Persuasion, Lady Susan
  • Diana Gabaldon : La bûcher des sorcières, Le talisman, Les flammes de la rébellion, Le voyage, Les tambours de l’automne, La croix de feu, Le temps des rêves, La voie des songes, La neige et la cendre, Les grandes désespérances
  • Lauren Henderson : Pretty boy, Déchaînée, Tatouage à la fraise, Y’en a marre des blondes, L’indispensable petite robe noire
  • Charlotte Link : Le soupirant, Illusions mortelles, La dernière trace, Les roses de Guernesey tome 1 : Le fardeau du passé, Les roses de Guernesey tome 2 : La brume se lève
  • Cathy Kelly : Sous une bonne étoile, Retour à Dublin, Pour le pire et le meilleur, Doux remèdes pour coeurs brisés

Enfin, j’ai établi des thèmes et pour les illustrer, j’ai choisi trois titres à lire. Les heureux nommés sont :

  • Couleur : Comme dans un film noir d’Isabelle Alexis, Bleu de chauffe de Nan Aurousseau et Beignet de tomates vertes de Fannie Flagg
  • Prénom : Melissa et son voisin de Meg Cabot, Alex de Pierre Lemaître et Les deux vies de Charlotte Merryweather d’Alexandra Potter
  • Animal : Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee, De l’eau pour les éléphants de Sara Gruen et Les vaches de Staline de Sofi Oksanen
  • L’auteur qui vient du froid : La cité des jarres d’Arnaldur Indridason, Petits suicides entre amis de Arto Paasilinna et La maison en pain d’épices de Carin Gerhardsen
  • Cinéma : Expiation de Ian McEwan, Mon petit doigt m’a dit d’Agatha Christie et Les âmes grises de Philippe Claudel
  • Classique : Un chant de Noël de Charles Dickens, Farces normandes et parisiennes de Guy de Maupassant et La vie devant soi de Romain Gary
  • Aux origines de ma PAL : Le non de Klara de Soazig Aaron, Zapping de Didier Daeninckx et Stupeur et tremblements d’Amélie Nothomb
  • Dans la guerre : Deux femmes à Paris de Nine Moati, Dora Bruder de Patrick Modiano et Tout autour des Halles, quand finissait la nuit de Gérard Landrot
  • Angleterre : Un jour de David Nicholls, La vie, l’amour de Josie Lloyd et Emlyn Rees et Ca déménage de Lucy-Anne Holmes
  • Paradis ou enfer : Prochain arrêt le paradis de Melissa Bank, Enfer et best-seller de Bridie Clark et Chez les anges de Marian Keyes
  • Vieillesse : Bons baisers de Cora Sledge de Leslie Larson, L’étrange disparition d’Esme Lennox de Maggie O’Farrell, Des adhésifs dans le monde moderne de Marina Lewycka
  • Et l’humour dans tout ça ? : Meurtres entre soeurs de Willa Marsh, Malavita encore de Tonino Benacquista et Prenez soin du chien de J.M. Erre
  • Un peu de romance dans ce monde de brutes : Tu m’aimes toujours ? d’Emily Giffin, La nouvelle vie de Sophie S. de Lolly Winston, Très chère Sadie de Sophie Kinsella
  • Et si on jouait à se faire très peur ? : Le sang des pierres de Johan Theorin, La chambre des morts de Frank Thilliez et Enfant 44 de Tom Rob Smith

Le programme est chargé ! 95 titres pour un total de 36736 pages. Gloups… Mais je ne me donne pas une date limite pour accomplir ce défi à ma procrastination légendaire, je voudrais surtout prendre du plaisir.

Je ferai un point d’étape régulièrement, et je vais créer une page pour ce challenge pour ne pas alourdir la colonne de droite. Je ne sais pas comment faire un logo, donc il n’y en a pas ! Juste un nom : le BIG challenge.


Comme je le pressentais, la rentrée fut compliquée. Je ne veux pas faire pleurer dans les chaumières, juste expliquer pourquoi je n’ai rien publié ces derniers jours, ces dernières semaines. Pas envie, juste besoin de me recroqueviller, de passer du temps à ne rien faire, rêvasser avant de retourner à ma réalité : travailler plus pour aucune reconnaissance. Le travail me bouffe, je ne supporte plus rien venant de cet environnement-là. Je n’ai même plus le courage d’aller au cinéma le samedi soir après le travail, j’ai donc renoncé à aller voir Le magasin des suicides selon Patrice Leconte. Juste la force de me traîner à une conférence dimanche après-midi sur l’effervescence musicale à Londres au XVIIIème siècle. Passionnant, mais à la fin, je me suis fait houspiller par une vieille dame parce que je me suis rongé les ongles pendant la conférence (2h30 la conférence), et que j’ai donc (je cite) happé son regard. Marre. Laissez-moi respirer. Et me ronger les ongles en paix si ça me détend.

Heureusement, parmi les nuages il y a un rayon de soleil, je ne travaille pas samedi, je peux donc rentrer dans ma famille et tous ensemble, nous allons écouter Olivier Adam, « mon » Olivier, lors d’une rencontre aux Champs libres à Rennes. Vivement ce soir.

Pour me changer les idées, j’ai parcouru les blogs, les forums, les pages Fac*bo*k des accros de lecture, et j’ai succombé à l’envie de participer à un challenge, celui de The French Book Lover qui s’intitule :

Je vous fais part du « règlement » établi par The French book lover :

Il durera pour l’instant un an, soit jusqu’au 10 septembre 2013. Mais il pourra être reconduit après cette date.

Le principe en est simple: chroniquer tous les supports (romans, bandes dessinées, mangas, documentaires, films, séries télévisées….) où les domestiques ( majordome, valet, bonne, gouvernante mais aussi pourquoi pas espion…) jouent un rôle primordial. A chaque fois que vous publierez un billet, n’hésitez pas à me le signaler sur cette page et je mettrai un lien vers votre blog.

Je vous laisse choisir votre niveau parmi ces différentes catégories:

Jeeves: 2 à 5 documents

Mrs Hudson: 6 à 9 documents

Jane Eyre: 10 à 14 documents

John Bates: 15 documents et plus

J’ai choisi la catégorie Jane Eyre, mais je n’ai pas établi de liste définitive de mes lectures et de mes films. Mes premières idées vont vers Nounou de Michel Jeury, Une femme de ménage de Christian Oster, Un coeur simple de Gustave Flaubert, Gosford Park de Robert Altman, Les blessures assassines de Jean-Pierre Denis et Petits meurtres en familled’Edwin Baily. J’ai déjà lu pas mal sur le sujet car une partie de mes textes pour le bac de français était sur « Maîtres et valets », et que j’ai replanché là-dessus en fac de lettres. Je ne veux pas non plus alourdir ma PAL en achetant des ouvrages ou des DVD, mais bien faire baisser ma PAL grâce à ce challenge. Je me laisse donc encore le temps de la réflexion pour établir une liste définitive. Avez-vous des titres à me suggérer ?

N’hésitez pas à vous rendre sur le blog de The French book lover, si vous êtes intrigués par son challenge.

A bientôt, c’est promis, chers Léontine’s readers !


En parcourant les blogs dédiés aux livres, j’ai trouvé le blog de Calypso, intitulé Aperto Libro. Calypso organise un challenge qui fête en ce moment son premier anniversaire, qui consiste à lire un livre dont le titre contient un mot proposé par un bloggeur et tiré ensuite au sort par l’organisatrice. Si vous voulez plus de détails, c’est ici.

La prochaine échéance est pour le 1er septembre, et le titres de l’ouvrage doit contenir le mot « Enfant ». En cherchant dans ma PAL abyssale, j’ai trouvé plusieurs romans qui remplissent cette condition : L’enfant de tous les silences de Kim Edwards, La nuit des enfants rois de Bernard Lenteric, Les enfants des autres de Claude Pujade-Renaud et deux ou trois autres titres dont je ne me souviens plus, honte sur moi et sur sept générations.

Mon choix n’est pas encore fait de façon certaine, mais je pense que mon inclination me portera vers le premier titre (je parle bien quand je veux, chers Léontine’s readers).

Rendez-vous le premier septembre pour le compte-rendu de cette expérience, qui n’est pas trop contraignante, ce qui me va tout à fait. Trop de contrainte tue la contrainte, et point trop n’en faut pour me faire abandonner mes ambitions challengesques !