Livres. Films. Musique

Archives de Tag: Jonasson

Allan Karlsson décide de s’enfuir de la maison de retraite dans laquelle il vit le jour de son centième anniversaire. En effet, il n’a aucune envie de célébrer cet évènement avec Soeur Alice, les journalistes locaux et autres vieillards en fauteuil roulant. Commence alors une cavale pendant laquelle des aventures toutes plus incroyables les unes que les autres vont se déclencher sur son passage. Parallèlement, la vie d’Allan depuis son enfance nous est narrée.

Quand ce livre est paru aux Presses de la cité, je n’avais pas été attirée par cette histoire. Mais au fil du temps, je n’ai pu que constater l’engouement pour ce livre, notamment parce que les quatre exemplaires du réseau des médiathèques pour lequel je travaille étaient réservés en permanence. Alors, quand il est sorti en poche, je me suis laissée tenter, conformée dans mon achat par mon amie-collègue Sandrine qui l’avait beaucoup aimé et l’offrait aux gens de son entourage.

J’ai bien conscience que mon avis n’est qu’un avis de plus dans la forêt de critiques qui existe déjà, mais je sais de source sûre qu’une certaine lectrice ne vient que sur ce blog (n’est-ce pas maman ?). Le problème des livres dont on a beaucoup entendu parler et qu’on lit après tout le monde, c’est qu’on les place très haut, et qu’on peut être assez déçu. Ce fut mon cas avec ce roman. Bien sûr, j’ai passé un agréable moment de lecture, mais par moment, celle-ci m’a paru tout de même très laborieuse. Je n’en pouvais plus des explosions, des quiproquos, des retournements de situation improbables. Cela donne un charme à l’ensemble pendant quelques chapitres, mais trop c’est trop. J’ai apprécié l’écriture de Jonas Jonasson, mais les personnages sont d’un seul bloc, il y a peu de place pour la nuance. Certaines rencontres sont très bien amenées (je pense à Herbert Einstein), il y a des passages assez drôles, mais j’étais assez fatiguée en arrivant au bout de ma lecture, et j’avais hâte de passer à autre chose.

Jonas Jonasson, Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, Pocket, impr. 2012, 507 pages


Je suis en pleine lecture du Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire. Pour vous faire patienter, voici deux extraits qui illustrent le ton du livre :

  • Les gens évitent en général de foncer délibérément les uns sur les autres dans la circulation afin de ne pas mettre en péril leur vie et celles de leurs concitoyens. Phrase qui intervient après une scène rocambolesque de carambolage.
  • Les Indes britanniques étaient déjà en train d’éclater en morceaux. Les hindouistes et les musulmans ne parvenaient pas à se mettre d’accord et entre les deux il y avait ce satané Mahatma Gandhi, assis en tailleur, qui cessait de s’alimenter dès que quelque chose de contrariait. Tu parles d’une stratégie guerrière ! Winston Churchill aurait bien aimé le voir affronter les bombes nazies au-dessus de l’Angleterre.