Livres. Films. Musique

Archives de Tag: Simonson

Ernest Pettigrew est veuf. Il habite un petit village typiquement anglais, Edgecombe St. Mary. Son fils est grand, il a des amis avec lesquels il joue au golf. Il s’ennuie un peu dans sa maison mais heureusement, il se lie d’amitié avec Mme Ali, l’épicière pakistanaise du village. Toutefois, cette bonne entente est mal vue par le reste de la communauté, ce qui contrarie fort le Major.

Qu’est-ce que je me suis ennuuuyyyyééééeee ! Qu’est-ce que c’est loonnng ! En arrivant à la fin de ce roman, j’ai eu l’impression d’avoir couru un marathon. Pourtant, c’était bien parti, surtout que j’avais vraiment envie de le lire, cet ouvrage-là. Au début, les manières précieuses d’Ernest Pettigrew m’avait séduite, je le trouvais très attachant et sympathique. J’ai adoré son humour pince-sans-rire : L’enterrement était fixé pour mardi. « Apparemment, cela convenait à presque tout le monde, expliqua Marjorie à son deuxième appel. Jemima a son cours du soir les lundis et les mercredis, et j’ai un tournoi de bridge jeudi soir. -En effet, Bertie aimerait que tu n’y renonces pas », lui répondit le major[…] On a envie de défendre sa relation naissante avec Jasmina Ali, envers et contre tous, surtout quand son fils s’en mêle, alors qu’il est lui-même en plein déboires amoureux.

Mais vient un moment où trop, c’est trop, où les bonnes manières ampoulées deviennent agaçantes, où l’atmosphère surannée devient étouffante. « L’action » s’étire, se développe, prend des contournements, au point que j’avais hâte que tout cela se termine. Peut-être que je n’aurais pas dû interrompre ma lecture en cours de route pour lire Les Lisières.

Une déception réelle donc, d’autant plus que j’avais envie d’aimer ce roman, qui me semblait aussi prometteur que Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates en son temps. Dommage !

Helen Simonson, La dernière conquête du Major Pettigrew, NIL éditions, impr. 2012, 492 pages.

Publicités